Auteur : Joseph Boyden
Roman d'origine : canadien
Édition lue : Le Livre de poche

Couverture : 1919. Nord de l'Ontario. Niska, une vieille Indienne, attend sur un quai de gare le retour d'Elijah, un soldat qui a survécu à la guerre. A sa grande surprise, l'homme qui descend du train est son neveu Xavier qu'elle croyait mort, ou plutôt son ombre, méconnaissable. Pendant trois jours, à bord du canoë qui les ramène chez eux, et tandis que sa tante essaie de le maintenir en vie, Xavier revit les heures sombres de son passé : son engagement dans l'armée canadienne avec Elijah, son meilleur ami, et l'enfer des champs de bataille en France...


Mon avis : La Première Guerre mondiale vue par un Indien d'Amérique, voilà un point de vue intéressant ! C'est vrai, nous en tant que Français, on a souvent lu ou entendu parler de souvenirs de guerre de Français, ou à la rigueur d'Allemands, mais là l'occasion nous est donné de voir le ressenti d'un Indien dans ces fameuses tranchées...

Ce pauvre homme est dérouté par la vie des Blancs car il ne l'a pas toujours suivi lui l'Indien des bois mais là il se retrouve à devoir parler anglais, langue qu'il ne maîtrise guère. Et à mener une guerre dans un pays qui n'est pas le sien, avec des noms de villages imprononçables. Mais cette guerre lui offrira, ainsi qu'à son meilleur ami, de pouvoir revenir en grand guerrier ! C'est comme ça qu'ils ont vu leur engagement !

Mais ce Chemin des Âmes est long et douloureux... il faut suivre, le style n'est pas évident ! une fois c'est la tante qui parle, une fois, c'est le neveu, à un moment, on est dans le présent, à un autre, on est dans les tranchées, quelques pages plus loin, on est dans la jeunesse de la tante pour finalement revenir dans la jeunesse de Xavier et d'Elijah. Bref, tout ceci est déroutant et il vaut mieux ne pas lâcher le chapitre en cours de route sinon on s'y perd.

Au final, une lecture intéressante, perturbante, mais laborieuse !